Festival LOOP 11 : Thickness flows, Gilles Gobert

Thickness flows est composé pour danse, installation vidéo, piano et électronique. 

L’idée du projet est un travail sur les liens qui unissent ou non une densité visuelle au sens large à des événements gestuels et une densité musicale.

La densité peut-être instantanée par l’image projetée, par l’épaisseur musicale ou au contraire horizontale, déployée dans le temps par l’abondance ou non d’événements successifs.

La danse fait face à une installation de deux écrans (dont l’un est mobile) sur l’un desquels est projeté une série de vidéos. La projection est un ensemble des vidéos individuelles unifiées, liées entre-elles par une même préoccupation de jeu de densités, de masses et de mouvements. Il s’agit non seulement des mouvements intrinsèques à l’image projetée mais aussi les mouvements d’un des deux écrans, tel un partenaire de la chorégraphie dansée.

La musique et la danse ne traduisent non pas ce que l’image vidéo  transmet comme sujet mais ce que l’image véhicule comme présence afin de créer un nouveau sens. De même, l’installation vidéo n’illustre pas ce que suscite la musique ou la danse mais reflète l’énergie, le mouvement, la densité, les flux que dégagent celles-ci.

Dès le début de la performance les différents éléments sont contrôlés, enchaînés et soudés par des associations sonores, visuelles ou gestuelles jusqu’à créer un enfermement, un sens unique et une perte progressive de contrôle, de liens et la conscience de cette perte par l’auditeur/spectateur.

Il s’agit donc d’un travail sur les liens vécus ou ressentis qui unissent différents éléments mais aussi et surtout comment ces liens sont sous contrôle et jusqu’à quel point ils peuvent l’être.

Gille Gobert

 

Interprètes:

 

Véronique Delcambre, piano

Maya Oliva, danse

Inger Elisabeth Gleditsch, installation visuelle et création vidéo

Gilles Gobert, électronique

 

Co/Production: Loop11/ Forum des compositeurs/ Le Senghor/ Ars Musica 

 

 

Lieu
Prix
12.00
Prixb
10.00
Membre(s)