Pentacle

2004
[...] Pentacle, parce que l'œuvre est en cinq parties.  Cinq mouvements très contrastés mais élaborés à partir d'un matériau volontairement restreint : les figures mélodiques et la matière harmonique sont déduites de quelques éléments exposés dès le début du premier d'entre eux - le plus développé (une sorte de forme sonate assez libre).  

Les deuxième et quatrième mouvements, assez brefs et très différents l'un de l'autre, sont lents et plutôt mélodiques, le quatrième oppose mouvement et statisme, agitation rythmique et inactivité harmonique.

Le cinquième mouvement est comme une parodie de rondo.  Vif, échevelé, il tourne, obstiné, sur quelques figures sans cesse réactivées. 

Le choix des instruments constitue un petit défi : la mise en relation de trois cuivres et de quatre instruments à cordes et leur médiation par le piano peuvent susciter des configurations sonores inattendues.  Un des objectifs était de projeter les huit instruments, leurs caractéristiques et leurs potentiels expressifs dans des situations inhabituelles pour former des textures mouvantes et insolites. [P.B.]
Durée
0:20:0
Effectif

pour trompette, cor, trombone, violon, alto, violoncelle, contrebasse et piano

Comment