Espaces oniriques

2000

Espaces Oniriques I

Espaces oniriques I, œuvre pour piano solo, est dédiée à Jean-Philippe Collard. Elle constitue une réponse codée à une question qu’il m’a posée peu de temps avant que je commence cette composition : « Faut-il que j’emprunte un nom d’artiste pour éviter toute confusion de personne avec mon homonyme français ? » Ainsi, dès l’introduction, apparaîtront des motifs, déterminés par la correspondance entre lettres et notes (dans la tradition de BACH), citant les initiales, le prénom ou le nom du dédicataire ; de même, le noyau générateur de l’œuvre est basé sur une lente succession de fondamentales harmoniques, correspondant aux initiales, au-dessus desquelles résonnent des spectres figés sur le plan des hauteurs, mais utilisant des dynamiques rythmiques évoluant de l’extrêmement lent à l’extrêmement rapide.

Le titre, Espaces oniriques, imaginé alors que je terminais la composition, en évoque le climat mais aussi en suggère la forme : à l’instar de nos rêves où certains types de situation, d’environnements, d’ « espaces » reviennent en alternance plus ou mois régulièrement, des séquences aisément reconnaissables alternent et se transforment continuellement dans le déroulement de la pièce.

Espaces oniriques se veut aussi, par son aspect contemplatif dans l’écoute du son, une évocation de la sérénité et de la compassion inhérente à la philosophie bouddhique et un hommage au peuple martyr du Tibet.

 

Jean-Pierre Deleuze

 

 

Membre(s)
Instruments
Numéro
1
Durée
0:13:0
Effectif
pour piano solo