Daniel

Daniel  Schell, passionné de math et de musique. (Schellekens 1944). Ingénieur Civil (Polytech ULB) puis Recherche Opérationnelle/ Mathématiques appliquées (London School of Economics).  Musique aux académies d’Ixelles, guitare avec Olivier Morand, flûte avec Octave Grillard. Harmonie et solfège supérieur à Uccle, puis étudie avec André Vandernoot et Ronald Zolman.  Musique Indienne avec Ashok Pathak, Dhruba Ghosh, Pandit Jasraj et d’autres.

Opéras

Operas: Daniel écrit ‘Neige de Soleil’ opéra de chambre basé sur le voyage de Christian Dotremont en Finlande en 1987. Basé sur les poèmes et logogrammes qu’il écrivit alors. Production Théatre Poème-Ars Musica Juin 2016.

Depuis sa rencontre avec Amélie Nothomb il a écrit “Hygiène de l’Assassin” (créé à Bruxelles en 1995, puis Opéra Royal de Wallonie,  dir. Jean-Louis Grinda ,JP.Haeck-Frederic Roels, , Février 2000), “Les Combustibles” (Paris, 1997)  et enfin “Le Sabotage Amoureux” (Opera Royal de Wallonie, 2006).

Operas en préparation : Il prépare : ‘Les contes de l’Arbre Roi’, les mythes de la forêt, livret en collaboration avec Jean-Claude Servais. Certaines pièces ont été créées pour la Ville de Rambouillet, avec l’Ensemble du Conservatoire de Mons, direction Jean-Philippe Collard-Neven. Il prépare également ‘Vendredi/Vrijdag’ d’après la pièce Hugo Claus.

Compositions

Compositions récentes. ‘Bhavari’ avec Pandit Jasraj, pour Quatuor à cordes, créé Bozar (2014) par Quatuor Tana. ‘Se Amando Troppo’ mélodies sur textes de Dacia Maraini Création 2015, Opera Trio Conservatoire de Messina, dir. Alessandra Garosi. ‘Digue’ sur poèmes et logogrammes de Christian Dotremont (2010) pour chant, et petit ensemble. Ensemble du Conservatoire de Mons,  dir Jean-Philippe Collard-Neven.

Oratorio Ishango” (créé 2002) pour le Choeur de Namur, le percussioniste Chris Joris, ses musiciens et percussionistes africains. , Direction Denis Menier, sur textes de Lokenath Bhattacharya (Bengale), Frederic Tittinga Pacere (Burkina faso), Chirikure (Zimbabwe), Gcina Mhlope (Afrique du sud)/// L’Aile Perdue trio pour tape-guitare, O.Verschueren ( tg ), E.Suys ( cl ), A.Charbonnel ( cel ). 3 Brani pour le  Trio Harmonia, Quitette à vent ‘L’art d’assis’, Sonate piano pour Alessandra Garossi, Quintette vocal  ‘Funtana‘ pour Chœur Aquarius, Sonate violon ‘Cecilia Affasciniata’. “Caro Trio Improvisatore pour Clarinette” (créé par Emmanuel Suys au 1997 Festival “Gestes et Musique” Bruno Letort, France Musique. “le Chant du San Serafino” pour Soprano & Quintet sur texte de Pascale Tison (cr 1998, Ensemble Kadeleis, Botanique) “Caro Trio Improvisatore pour flute” créé par Ariane de Bièvre.
The travelling musician‘ Quintette de cuivres pour “Brass in the five” Ensemble, dirigé par Gergely Vajda, Budapest, 2000. ‘Optimal music’ pour divers ensembles (Ed. Simonffy, Budapest).  ‘Gira Girasole” L’art de la variation, Ensemble Karo solistes Zoltan Lantos (viol), Isabella di Venosa (voc) Damiano Puliti (cello) Fête Européenne de la musique, 2001.

En préparation:
Un concerto pour sarangi et cordes. Soliste: Dhuba Ghosh.

Ensembles, Daniel a fondé le Groupe Cos, fin des années 70. Successivement “Postaeolian train robbery” , “Viva Boma” (EMI) réédités par Musea, France. Puis “Babel”, “Swiss Chalet” enfin “Pasiones” un opera qui connut une centaine de représentations. Parmi les solistes: Pascale Son, Ilona Chale, Charles Loos, Pierre Van Dormael, N. Fiszman, P. Allaert et d’autres.

Il collabore également avec Dick Annegarn sur ‘Egmont’, une impression sur la musique des Pays-Bas de la Renaissance à sa projection Aujour d’hui.
Depuis 1990, il a fondé l’Ensemble Karo, ( solistes P. Narcisse, D. Descheemaeker, Jan Kuijken J.L.Plouvier, J.L.Manderlier;  ) groupe electro-acoustique avec lequel il enregistre “If Windows they have” et “The Secret of Bwlch” , Crammed Discs. Egalement  “Gira Girasole” pour Materiali Sonori, San Giovani Val d’Arno contient des variations sur des thèmes populaires d’Italie. Récemment il se concentre sur une formule réduite: le Karo Trio dans lequel il  invite des musiciens comme Ariane De Bièvre, Fabrice de Graef, Sandip Banerjee, Pierre Narcisse ou Carlo Strazzante, à pratiquer une musique mi-lue, mi-improvisée.
Langage personnel, Optimalité et Math-Musique

Son langage personnel l’amène à combiner les mathématiques et l’harmonie sous forme de “carreaux”, une sorte de pavage optimal –et optimalement connecté-  de divers univers. Ce procédé qui intervient par exemple dans le création d’harmonie, ou encore dans la transformation de mélodies traditionnelles (Italie, Inde, chant grégorien), a dominé ses travaux récents. Il l’applique également à des dessins graphiques, par exemple ceux de Dotremont. Il fait des séjours dans diverses institutions dont l’Ircam. En 2000, EURO, la Société Européenne de Recherche Opérationnelle, lui a commandé une série d’œuvres destinées à illustrer l’optimalité en musique. Ces œuvres, avec entre autres le quintette à vent ‘The travelling Musician’ et les ‘Optimal studies’, ont été créées à Budapest.

Théatre musical:
‘L’enfoui fuit’ sextette pour tiptare, clarinette, cello, cor, synthétiseur, percussion. Avec scénettes musicales. Direction: Ken Ichi Nagakawa.
‘Digue’ ( 2007 ) sur poême et logogrammes de Christian Dotremont, Mathilde Sevrin (sop), Ensemble Conservatoire et Musée de Mons. Dans cette œuvre il commence à élaborer l’imitation des graphiques chers au groupe CoBrA.

Cinema: musique de “Het Gezin Van Paemel” de Paul Cammermans-Hugo Claus- prod. Jan Van Raemdonck , “Papegaai” de Hans Hilkema, “le monde de Ludovic” de Jean-Pierre De Decker.  “Ionesco” de Thierry Zeno,  “Lions” de Justin Cartwright (BBC) et beaucoup d’autres.

ArrangementsArrangeur demandé dans les milieux du cinéma et de la pub, surtout en Allemagne, il produit et arrange de nombreux enregistrements d’operas (Bellini, Verdi, Rossini, Mozart) et de symphonies (Mendelsohn, Delibes…).En 2007 il écrit l’Arrangement du Concerto de Paganini Pour l’Harmonie Royale des Guides, soliste Lorenzo Gatto.

Tape-guitare

L’instrument joué par Daniel Schell est une tape guitare, ou tiptare. Cet instrument qui vient de la guitare tapée du bout des doigts a été développé depuis les années 50 aux USA. Ensuite il a été développé en Californie, dans les années 1970 par Emmett Chapman que Schell rencontre et avec lequel il fait ses premiers pas. C’est un instrument amplifié électroniquement. Le manche est similaire à celui d’une guitare, cependant les cordes sont tapées du bout des doigts et non pincées. De cette manière les deux mains peuvent agir et sont indépendantes.  Il y a 6 cordes de mélodie et 6 cordes de basse ou d’accompagnement. Daniel y trouve un terrain idéal pour ses expérimentations en matière d’harmonie non ou peu-tempérée, ainsi qu’en indépendance  harmonique

Daniel Schell a créé le „Séminaire Européen de Tape E-Tape, lieu d’enseignement et de création pour les étudiants venus de toute l’Europe. Les noms les plus importants sont venus le rejoindre: Wolfgang Daiss qui interprète à présent ses compositions importantes. Ainsi que F. Jolliffe, K.Wagner, Jim Lampi, M. Reuter, T. Rockwell, Jim Wright, R. Strom, Kay Kurosawa et d’autres. Après avoir adopté  à la tiptare des méthodes venant d’instruments classiques- piano, guitare, violoncelle- Daniel a progressivement réalisé que beaucoup pouvait être appris d’une étude approfondie de la musique classique de l’Inde.

L’Académie Sangit

Mêlé depuis sa jeunesse à la musique Indienne, Daniel y trouve un complément idéal à son besoin d’improvisation, d’invention, utilisation de motifs, de structures, d’intervalles non tempérés.  Pour l’apprendre mieux, il décide de l’enseigner. Avec Pierre Narcisse et Swami Dyanabjanada, il fonde l’Académie Sangit de musique classique de l’Inde en 1992. Il y étudie entre autres les schémas d’indépendance de mains au tablas. Il approfondit diverses techniques avec Ashôk Pâthak pour le sitâr, Dhruba Ghosh pour le solfège et l’ornementation. Fort de cette expérience, Daniel écrit « Pratique de la Musique Indienne ». De nombreux maîtres (Incluant Pandit Jasraj, Sangeeta Bandyopadhyay, Kala Ramnath, Harsh Wardhan, Purbayan Chatterjee) visitent l’Académie régulièrement. Daniel les accompagne en concert.  Enfin il joue régulièrement en compagnie de Sandip Banerjee, avec lequel il a rédigé une méthode “Le tabla”, avec Harsh Wardhan, avec il a rédigé la méthode ‘Le Bansuri’ Il prépare ainsi une série de monographies sur la musique Indienne.