La Cathédrale d'Ani

La Cathédrale d’Ani a été composée suite à la demande de la pianiste belge d’origine arménienne Laurence Mekhitarian d’écrire une pièce pour piano solo en connexion avec l’histoire et la culture arméniennes. Cette pièce a été créée à Erevan en avril 2017 dans le cadre des Contemporary music days - Crossroads 2017. La découverte au hasard de mes recherches sur la toile de la « ville fantôme d’Ani », et tout particulièrement de sa cathédrale, de son histoire tragique et de sa portée symbolique, m’a immédiatement apporté une source d’inspiration très forte. La cathédrale d’Ani, dédiée à la Sainte Mère de Dieu, fut construite aux confins des IXe et Xe siècles, véritable âge d’or de cette cité resplendissante qui était la capitale de l’Arménie médiévale. Suite aux invasions successives, la ville a été progressivement abandonnée. La coupole de l’édifice et l’angle nord-ouest se sont effondrés suite aux séismes de 1319 et de 1988. Le large espace intérieur de l’édifice semble dorénavant ouvert sur l’infini. Le site se situe actuellement à l’extrême est de la Turquie, à quelques centaines de mètres de la frontière arménienne. C’est donc cette Histoire tragique que j’ai essayé d’évoquer, et pour mieux remonter dans le temps, j’ai utilisé dans la section médiane de la pièce quelques fragments mélodiques tirés d’une ancienne antienne liturgique arménienne dédiée à la Sainte Théotokos, terme arménien qui désigne la Mère de Dieu. Cette antienne nous a été transmise grâce aux recherches et à un enregistrement du Centre d’études du chant liturgique arménien (Akn). Il est vraisemblable qu’elle ait résonné dans l’édifice à l’époque de sa splendeur.

Compositeur(s)
Instruments
Piano
Durée
00:07 minutes