Opus 60

2012

Commandé par l’ensemble Musiques Nouvelles en cette année de son cinquantième anniversaire, OPUS 60, est en trois parties – Glockenspiel, Tambour à corde, Sigh –aux morphologies très diverses mais aux évidentes complémentarités. Quantité de choses les séparent tout en les assemblant. Dix instruments sont en présence, successivement sous le signe de résonances d’origine métallique, de l’idée sonore de friction et, enfin, de l’évocation d’un souffle élémentaire. Les trois parties sont porteuses de mémoires diverses : une pavane aux ressorts de chaconne, un scherzo avec trio et un ostinato très lent.

Sans être directement inspiré par les mots de Philippe Jaccottet, OPUS 60, s’inscrit, je crois, modestement, mais de façon très directe, dans le double questionnement évoqué ci-dessus : naissance naturelle de l’écrit, énigme de l’unité.

La pièce est dédiée à un ami très cher, Jacques Leduc, à l’occasion de ses 80 ans.

Membre(s)
Durée
0:18:0
Effectif

pour 10 instruments

Comment